• Grégoire Guillemin

Comment construire un discours comme Barack Obama ?


Jon Favreau, plume de Barack Obama

Les mandats de Barack Obama ont été régulièrement ponctués, dès son accession au pouvoir en 2008, de discours forts, émotionnels et inspirants qui ont contribué aux succès de la communication du Président. Ces discours sont l'oeuvre de Jon Favreau, directeur du bureau de rédaction des discours du Président des Etats-Unis entre 2009 et 2013. Celui-ci partage régulièrement ses conseils pour concevoir un discours clair et engagé. 



Privilégiez l'histoire sur les mots


"D'après mon expérience, la communication est trop souvent focalisée sur la recherche du mot "juste". Bien sûr, le choix des mots est naturellement important dans l'élaboration d'un discours. Cependant, la première question à se poser est la suivante : Quelle est l'histoire que je souhaite partager ? Cette question est essentielle et devrait être le point de départ de tout discours".


Pour entamer l'écriture d'un discours, Jon Favreau commençait toujours par discuter avec Barack Obama sur le message qu'il voulait faire passer. "Il me donnait quelques idées qui lui passaient par la tête sur ce qu'il voulait dire. L'élément intéressant concernant le Président c'est qu'il dressait, comme personne, toujours de manière logique les contours d'un discours. J'ai toujours été impressionné par sa capacité à débuter avec une rhétorique claire puis à ajouter des arguments et des anecdotes".  



Restez simple


"Les discours les plus longs sont les plus faciles à écrire. Ils sont aussi les plus oubliés" selon Jon Favreau. "Aujourd'hui, le public peut seulement engranger quelques informations avant de perdre toute attention. Vous devez donc vous limiter à vingt minutes maximum. Cela demande beaucoup de discipline, en particulier si vous êtes dans une société avec des groupes différents. Mais il faut garder à l'esprit qu'un discours général est un discours sur rien. Il est préférable de restreindre son discours au point essentiel". 



Toujours répondre aux arguments opposés à votre position durant votre présentation, pas après.


Notamment dans le champ politique, il est important de penser aux objections que vous pourriez rencontrer. "Vous devez les identifier et y répondre durant votre discours. Quand Obama essaya de faire adopter sa réforme sur l'assurance santé en 2009, la plus importante part de ses interventions reposait sur l'identification des arguments que les Républicains pourrait lui objecter.



L'empathie est la clé


Connaitre son audience n'est pas suffisant selon Jon Favreau : "Vous devez connaitre le monde - et ses représentations - tel qu'il est d'après votre audience. L'une des raisons qui explique le succès des discours de Barack Obama vient du fait qu'ils sont écrits dans une langue que son audience comprend, répondant ainsi aux problèmes qu'ils font face".



Pas de persuasion sans inspiration


Selon Jon Favreau, l'émotion est l'élément le plus important pour capter une audience : "Le meilleur moyen de se connecter aux individus réside dans l'utilisation d'histoires qui sont importantes dans la vie des gens. Dans le discours de victoire à la présidentielle en 2008, nous avions un message clair : parfois le changement peut surgir lentement, mais il est toujours possible et l'histoire l'a prouvée". Pour l'illustrer, Obama et Favreau ont décidé d'utiliser l'histoire d'Ann Nixon Cooper.


Voici l'extrait du discours prononcé par Barack Obama : "Cette élection est faite de nombreuses premières fois et d'histoires qui seront racontées durant des générations. Ce soir, je pense à cette femme qui a voté à Atlanta. Elle ressemble beaucoup aux millions d'autres qui ont fait la queue pour faire entendre leur voix dans cette élection à un point près - Ann Nixon Cooper a 106 ans. Elle est d'une génération née juste après l'esclavage. A une époque où il n'y avait pas de voitures sur les routes et pas d'avions dans le ciel, où quelqu'un comme elle ne pouvait pas voter pour deux raisons : parce que c'était une femme et à cause de la couleur de sa peau. Et ce soir je pense à tout ce qu'elle a vu à travers le siècle aux Etats-Unis – la douleur et l'espoir, la lutte et le progrès, les moments où on nous disait que nous n'y pouvions rien, et les personnes qui ont persévéré avec ce credo : Oui nous le pouvons. A une époque où les voix des femmes étaient étouffées et leurs espoirs ignorés, elle a vu ces femmes se lever, s'exprimer et aller voter. Oui nous le pouvons". 


Jon Favreau décida d'appeler Ann Nixon Cooper avant d'utiliser son histoire dans le discours. "Je lui ai dit que l'homme qui allait devenir Président voulait la citer dans son discours de victoire. Après un silence, elle demanda, "Est-ce que se sera télévisé?". J'ai répondu "oui". Après un nouveau silence, elle accepta : "Je suis si fière de lui, si fière de nous". Nous avons commencé à pleurer alors que les résultats de l'Ohio tombaient. C'est à ce moment là que j'ai réalisé qu'il sera toujours difficile d'apporter le changement mais que cela peut arriver si nous y croyons".


L'être humain aime les histoires et le retentissement qu'elles apportent dans nos vies personnelles. Apprenez à raconter des histoires et à les associer aux faits, aux anecdotes pour donner du poids à votre discours.




 

Kliq logo.png

© 2019, site réalisé par Grégoire Guillemin

  • Twitter - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle

Si vous voulez quelque chose que vous n'avez jamais eu, vous devez être prêt à faire quelque chose que vous n'avez jamais fait. 

Simple, Basique